Bébé, m'en veux pas, j'ai autre chose à foutre que d't'envoyer SMS

Bébé, m’en veux pas, j’ai autre chose à foutre que d’t’envoyer SMS

Artiste : VALD | Album : Xeu | Titre : Gris | Année : 2018

Sirius, Sirius, Sirius, Sirius, Sirius
Hey, hey, hey, hey
Chaque bilan désastreux, sauf nez vers les astres
J’empile les affres, j’suis gentil mais affreux
J’parle de moi comme produit d’l’environnement, si violent
Le teint pâle et l’âme noire, l’horizon grisonnant (l’horizon grisonnant)
Bébé, m’en veux pas, j’ai autre chose à foutre que d’t’envoyer SMS
Y’a plein d’trucs dans ton cul qui n’devrait pas y être comme matraque de CRS
L’homme est mauvais, s’il pouvait s’immoler, maigre vertu pour liasse pas très épaisse
C’est la kermesse, on a réduit à une boucle de ceinture la sagesse d’Hermès
Salon d’massage fermé, série d’patates à la Pégase dans l’nez
J’recherche le nirvana, j’vais m’absenter, j’me défonce, j’perds mon temps et ma santé
Sur la table de Ouija, ça fait « V.A.L.D. », mes démons m’aident à chanter
Salope a tenté, me dit « viens », j’m’ennuie d’jà et j’suis même pas rentré
Comment j’peux t’faire confiance? Tu t’vantes de surveiller l’ennemi devant ton propre miroir
Tous ces fils de pute, j’les oublie pas, j’ai mis leurs patronymes dans mon grimoire
NQNT, l’acronyme, baise l’industrie, la coquine
Tu l’vois à nos mines, comme moi, nos besoins s’appauvrissent, si nos cœurs s’atrophient
Chaque bilan désastreux, sauf nez vers les astres
J’empile les affres, j’suis gentil mais affreux
J’parle de moi comme produit d’l’environnement, si violent
Le teint pâle et l’âme noire, l’horizon grisonnant (l’horizon grisonnant)
J’me mets la tête à l’envers dès qu’je peux, j’le fais même sur la pochette
Tu veux quoi, wesh, mon buzz ou mon blé? une photo? Fais pas genre, tu tapes juste la causette
J’ai vu tous les Lie To Me, t’essaies de m’la faire à l’envers, j’ai repéré ta fossette
Taga dans la chaussette, j’dois m’occuper des miens, poudre de lait à ras d’la dosette
Aujourd’hui, j’me suis levé, j’ai décidé d’les ken à la quatre-vingt-dixième
Tu m’parles, tu vois bien qu’j’suis ailleurs, à l’affût des parchemins qui viennent
Ton chemin est tracé, les dieux et les esclavagistes l’ont déjà balisé
Arrête tes conneries, éteins ta télé, tu vas finir par croire leurs balivernes
J’pense beaucoup à moi, un peu moins aux sans-abris qui ne passeront pas l’hiver
On s’habitue à tout, tout l’monde me suce, personne ne m’aime et je commence à m’y faire
T’es choqué du test salivaire, j’suis l’plus joyeux d’tous les mammifères
Petit sourire en coin sur la civière, la mort pour seule happy end
Chaque bilan désastreux, sauf nez vers les astres
J’empile les affres, j’suis gentil mais affreux
J’parle de moi comme produit d’l’environnement, si violent
Le teint pâle et l’âme noire, l’horizon grisonnant (l’horizon grisonnant)
Gros coup d’fusil dans rotule, un jour peace, un jour nan, ça module
J’m’envole au-dessus d’la cohue avant d’finir au cimetière d’la commune
Ferme ta grande gueule, ça pollue, t’as les couilles, on dirait des ovules
NQNTMQMQMB, Mo-Mo-Motus
J’suis l’problème et la soluce, j’ai l’totem et l’œil d’Horus
J’ai toujours dans la poche un bonus, j’effrite en position du lotus
9-3, y a pas d’tirs aux but, tu cherchais l’amour mais t’es parti aux putes
J’dis n’importe quoi, c’est connu, j’fais n’importe quoi mais j’en oublie aucune
Chaque bilan désastreux, sauf nez vers les astres
J’empile les affres, j’suis gentil mais affreux
J’parle de moi comme produit d’l’environnement, si violent
Le teint pâle et l’âme noire, l’horizon grisonnant (l’horizon grisonnant)

Leave a Comment

Your email address will not be published.