Mon corps cicatrisé de partout, les points de suture sont mes amis

Mon corps cicatrisé de partout, les points de suture sont mes amis

Artiste : Lacrim | Album : Faites entrer Lacrim | Titre : Chaos | Année : 2012

On m’appelle le généreux, c’est la base de mon prénom
Dans la peau d’un animal traqué j’agis dans la pénombre
Aujourd’hui je n’ai que des sentiments, augmente les décibels
Je me revois gosse dormir sous les pont ma peine était si belle
Mon corps cicatrisé de partout, les points de suture sont mes amis
Ici-bas la haine me plaît, j’encaisse, j’suis partout
Nan c’est pas du cartoon, ça pleut des cartouches
Des enfants pleurent, des mères partent, des keufs qui font des partouzes
Il faut une carapace de fer, n’empêche aucun rapace de faire son trou
Ici la balle remplace le verbe Ok
T’facon c’est tous les même, ouais je parle de vos gus
Tu m’excuses mais la politique moi je lui fout dans le cul
C’est qu’une bande d’hypocrite, Oui entier je le suis
RS4, Tip Tap, en otage un jeune Suisse
Mais nous on paie cher
Une fois qu’on se fait monter en l’air
Alors devant le proc’ déjà j’suis démonté à l’herbe
Et puis j’encaisse ces belles paroles
T’facon j’peux rien changer
J’me vengerais sur une belle barone et j’reverrais le biff s’allonger
Ma geule j’suis fait pour ça, j’ai plusieurs casquettes
Monégasque, j’arrive j’vous lâcherais pas les baskets
J’noie ma peine sur la côte des îles
J’ai beaucoup de désir
L’Islam m’appelle malheureusement j’en ai loupé des signes
Une foi en sa grandeur, une peur effarouchée
Des frissons, mon regard se lève vers le ciel, j’en fini par loucher
Je suis conscient de mes erreurs, je vous cache pas que ça me gène
Y’a pas de science mais qu’un remède, celui de la sagesse
La route est longue, beaucoup d’émotions, mais là c’est la révolte
Le temps est à la guerre, celle que je déclare est folle
Si ma part légitime ne l’est pas alors je me l’accapare, Allah akbar
En moi j’ai tué celui qu’on nommait l’incapable, ouais
Apartheid de nos bien, dans nos cranes c’est Corleone
Et sur ma mère que j’en veux comme les cartels Colombiens
On se perd dans le confort vu qu’on a vu la parcelle
Le soir je dîne à Barcelone à l’aube j’suis à Marseille
Trois téléphones sans fils, ok je vis la rue
Le plus crédible) part les miens, les salopes sont mortes dans le film
J’ai misé cent contre un que je mourrais avant les trente berges
J’ai déjà vécu cinquante piges dans ce rap c’est moi votre grand-père
Jacko c’est la bannière, oui je suis discret j’en ai pas l’air
Mais sache que si tu nous les brises on te fume ta mère comme à Palerme
Des armes, du shit, de la bonne herbe
L’oseille se surpasse, Nahel Sheïtan
Ici bienvenue le diable fait que du surplace
Ici c’est Baltimore en couture italienne
Des lignes infranchissables, là où l’on croque il ne faut pas que tu mordes
Oui nous somme comme des fauves, des fois en cages, des fois dehors
Insatisfait, des fois je veux cash, des fois de l’or
J’ai trop les nerfs, rien ne sert de bloquer la porte
Enfant d’Adam on a tous croqué dans la pomme
On a une vie de fou, les autres il font de la ballerine
Lacrim a.k.a hrla tarlick, j’ai faim ne quittons pas le ring
Je suis un voyou tout court, je vole et pars aux Maldives
Quoi qu’il en soit, la vie des blocs c’est moi qui est plus le apte à le dire
Ne vous méprenez pas, t’façon ici c’est moi le king
Par qui je commence? Je sors le silencieux dans un parking
J’en veux au monde entier parce que on est pas notaires
L’album arrive il s’appelle Corleone il va faire mal au derch’

Leave a Comment

Your email address will not be published.