La justice fait semblant d'être à l'écoute Avec l'audition de Beethoven

La justice fait semblant d’être à l’écoute Avec l’audition de Beethoven

Artiste : Chilla | Titre : #Balancetonporc | Année : 2018

Bah ouais, c’est encore Chill’
Ils ne voient pas mon art
Résument ma musique à mon sexe
Y a trop de machos, des sans-couilles, des porcs, des prétextes
Chaque attaque sexiste, commentaire misogyne, me rendent plus forte
Ma sœur, lève-toi et n’reste pas témoin docile devant la porte
J’déverse mon amertume
Combien de larmes? Ma rage écume
Combien de fois? Combien de femmes?
Combien ont succombé aux frappes du mâle et son culte? Ouais
Toi innocente et pure, loin de leurs rêves obscurs
T’as du talent, c’est sûr
Donc ferme-là et suce
T’aimerais juste une promotion? Suce
Avoir un rôle dans un film? Suce
Dans la misère, dans le luxe, suce
Pute, arrête de jouer la victime, suce
Y a trop d’faux culs qu’ont capitulé à la Tarantino
Les michtos baisent pour du Valentino
Tu t’doutes bien qu’c’est pas l’amour qui garantit l’eau (fraîche)
Nouvelle start-up pour payer tes études, appelle l’homme mûr
Pour régler tes factures, caresse l’homme mûr
Sera pas comme sa fille mais son plan-cul sugar daddy papy occultes
J’les entends déjà dire « elles sont pénibles »
Mais de jour en jour, les langues se délient
Change ta gestuelle, chantage sexuel
Au boulot t’as intérêt d’être manuelle
J’ai parfois chanté du R. Kelly
J’ai vite déchanté d’un air débile
À treize ans, je jouais Le Pianiste
La pauvre Samantha, elle rencontrait Polanski
J’ai grandi avec du Noir Désir
Puis tout est parti à la dérive
De nulle part l’aigle noir surgit sur la vie
Dans les foyers, dans les caves en collectif
Et j’les regarde en rire, té-ma les lyrics
Y a trop de litiges, y a plus de limites, han
Te déshabilles pas, il te violera
Pour lui t’es comme une tain-p en vitrine
Balance ton porc
Ouais, ma reuss, balance ton porc
Balance ouais, balance ton porc, ouais
Ma reuss, balance ton porc
Balance ton porc
Ma reuss, balance ton porc, ouais
Balance ouais, balance ton porc
Ma reuss, balance ton porc
Non, pas d’chasse aux sorcières
Élève ta voix si t’as l’choix, c’est très grave c’qu’il s’passe
Derrière un mort, un cortège, tous les assassinats
Les stigmates, les jugements, mitraillent
Nier les tabous, en effacer les traces
Le gourou se cagoule et n’a pas de race
On te tabasse quand tu laboures, on prend ton âme
On te sabote, même l’amour t’as brisé en quatre
J’suis pas féministe
Le vrai terme c’est humaniste
Pas d’hiérarchies dans la souffrance
C’est pour chacune de tes peines que j’culpabilise
J’ai pas l’temps pour les machistes
J’pense à toutes celles qui n’ont pu rien dire
À Hollywood, le silence est d’argent
Ta réputation dépend de ton garant
Y a de moins en moins d’amour
De plus en plus de rejets
Quand le diable vient faire la cour
Malheur au jardin des secrets
Si seulement l’harcèlement n’était qu’une légende
Si seulement l’harceleur n’était qu’une erreur
En proie à la folie, tombés dans la démence
Paranos dans la rue dans tous les secteurs
La vie aussi rose que l’peignoir de Strauss-Kahn
Ma fille, t’es en sécurité partout
Aucun relous, tu ne crains rien
Je le jure sur la queue d’Harvey Weinstein
Balance ton porc
Ouais, ma reuss, balance ton porc
Balance ouais, balance ton porc, ouais
Ma reuss, balance ton porc
Balance ton porc
Ma reuss, balance ton porc, ouais
Balance ouais, balance ton porc
Ma reuss, balance ton porc
Quand ta routine est une symphonie de coups
Qui résonnent comme de l’esclavage moderne
La justice fait semblant d’être à l’écoute
Avec l’audition de Beethoven
L’État continue d’ignorer
Laisse une fois de plus nos racines en rade
Les homosexuels déportés
Pendant qu’la Libye ré-amarre l’Amistad
Gros t’es pénible, range ton pénis
Pour un penny, toi tu t’exhibes
Leggings sexy, des films sexistes
Les gosses t’excitent, Kevin Spacey
J’répète, Kevin Spacey (j’répète, Kevin Spacey)
Ouais, Kevin Spacey (j’répète, Kevin Spacey)